Le Sri Lanka selon nono

Train pour kandyIl y a un moment que je voulais écrire deux trois choses sur le Sri Lanka. Tout d’abord parce que c’est l’un des derniers pays que j’ai visité et puis aussi parce que ces jours-ci, j’ai eu l’occasion de partager mon expérience de routarde avec un collègue qui se trouve à cette heure au Sri Lanka. Je souhaite aussi donner quelques informations importantes et nécessaires pour la préparation d’un voyage au Sri Lanka. Voyez-vous le Sri Lanka c’est très particulier… J’ai personnellement détesté ! Je vous explique pourquoi. Tout d’abord j’ai quitté Malé, une petite capitale dans l’océan indien dans laquelle je venais de passer cinq mois. Cinq mois très agréable en compagnie de maldiviens très sympas, gentils, généreux, ouverts…il n’y a pas assez d’adjectifs positifs dans la langue française pour exprimer à quel point j’ai apprécié les maldiviens de Malé et de Diffushi. Je n’oublie pas ma coloc Céline qui a rendu mon séjour aux Malidves très facile. Bref, je quitte ma petite île, pour arriver à Colombo, une grande ville bruyante, polluée,sale, humide et j’en passe ! Le retour à la réalité fut difficile à digérer. Mais ce n’était pas le pire. Le pire, c’est les gens qui vous accostent dans la rue et qui vous agressent alors que vous n’avez rien demandé à personne !!!! Ou encore les transports d’une lenteur à vous donner envie de faire un massacre. J’ai passé 4 heures dans un train bondé, donc 4 heures debout pour faire une soixantaine de kilomètres. Des bus pour mini pouces où vos jambes peinent grave. Si vous m’aviez demandé à mon retour du Sri Lanka comment s’ était mon petit tour du Sri Lanka je vous aurais probablement dit ça. J’en pouvais plus, je n’avais qu’une envie, celle de prendre l’avion pour Malé !

Colombo, Sri Lanka

Avec du recul, je garde en mémoire des souvenirs beaucoup plus légers et agréables…comme la visite de World’s End ou l’aventure de malade pour arriver à sigiriya, les plantations de thé ou tout simplement la magnifique vue de notre guest-house sur le lac de Kandy…Le Sri Lanka reste tout de même un pays magnifique, aux paysages très variés. La première fois que j’y suis allée je n’ai pas voir qu’une petite partie du Sri Lanka qui était d’ailleurs assez bof. J’avais suivi les conseils de français qui connaissaient soi-disant le Sri Lanka et je me suis retrouvée à Négombo à me faire harceler par tous les tuk-tuks de la ville. A me faire inviter en tout bien tout honneur et lorsque je refusais les avances on m’envoyait balader…Je ne recommande Negombo en aucun cas sauf pour se rapprocher de l’aéroport, si vous avez un vol très tôt. Si jamais vous vous trouvez à Négombo, prenez le bus pour Kandy et faites une halte à Pinawella Junktion pour voir les Eléphants. Le bain est à 15h et pour les radins si vous arrivez avant le bain vous pouvez suivre gratuitement les éléphants jusqu’à la rivière et les regarder faire le plein d’eau ! Il y a tellement à dire sur le Sri Lanka qu’un seul post ne suffirait pas mais je vous propose de regarder mes photos et si jamais l’un de vous prépare un voyage au Sri Lanka écrivez-moi,  je me ferai un plaisir de vous répondre plus en détail. Le mot de la fin sera bien evidemment consacré à la gastronomie sri lankaise. Habitant à Malé j’avais déjà eu l’occasion de goûter à certaines spécialités sri lankaises. Je dois avouer que nous avons eu accès que à très peu choses au Sri Lanka. La seule chose que je peux citer est une guest-house à Kandy qui offre un buffet tous les soirs pour 1000 roupies (boissons non incluses). Un buffet plutôt appétissant avec des plats variés mais un peu cher. Si jamais vous avez envie de manger autre chose que du rice and curry, parce que du rice and curry vous allez en manger jusqu’à en avoir marre !! Pour ce fameux buffet aller au Sharon Inn par contre ne loger pas là-bas…préférez plutôt le McLeod Inn. Une vue splendide, des chambres propres, et une famille très aimable et serviable.

Kandy, Sri Lanka

World's End, Sri Lanka

Fort, Sri Lanka

Pinawella Orphanage, Sri Lanka

Bon voyage !

Nono…

Premier mai à Kreuzberg

Le premier mai à Kreuzberg, c’est très kreuzberg…c’est cool, sans prise de tête, très cosmopolite, vivant et ça sent la bouffe de partout ! Vous l’aurez encore une fois compris, un week-end pas des plus sains pour Nono. Quoique…peut-être bien que le pide, le döner et les baklawas étaient au rendez-vous, mais je peux vous assurer que j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour les éliminer ! Entre footing au bord du canal et dancing au SO, les calories ont brûlées sec ! Enfin je l’espère… Pour en revenir à notre Erster Mai, oui c’est comme ça qu’on l’appelle à Berlin…Vous imagimez bien que le Erster Mai à Kreuzberg ne ressemble à aucun autre. Et ceci parce que Kreuzberg ne fait rien comme les autres !

Je vais essayer de vous raconter son histoire sans trop vous barber. Le premier mai est connu dans le monde pour sa fête du travail. A Kreuzberg, ce fut le cas jusqu’au 1er mai 1987. Cette date marque l’affrontement entre les militants d’extrême gauche  et les forces de l’ordre. Affrontements violents, pillages, incendies, arrestations et j’en passe.

 Le premier mai souvent désigné comme la journée mondiale de la classe ouvrière donnait lieu, traditionnellement, à un festival de rue annuel organisé, entre autres, par  la Liste Alternative (AL) et le Parti socialiste unifié de Berlin-Ouest (OVE). Et même si avant 1987, de petites émeutes ou des actions politiques y avaient lieu, elles n’étaient que très peu remarquées.

En 1987, l’extrême gauche qui mène, depuis 1983, une campagne de boycott contre le recensement de la population qu’elle considère contraire à la loi fondamentale, fut perquisitionnée au petit matin dans son bureau à Berlin par les forces de l’ordre. La réaction de l’extrême gauche s’est faite sentir un peu plus tard dans la journée. Et tous les ans depuis, on peut voir des petits groupes par-ci, par-là, tous vêtus de noir éventuellement cagoulés…qui courrent sur le Kottbusser Damm, un millier de policiers avec des matraques, des casques, des chiens, des camions prêts à dégainer leur jet d’eau violamment sur les « manifestants, casseurs, militants ou emmerdeurs». Des mesures un peu trop drastiques à mon goût !


Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps, je tenais juste ajouter que cet évènement en vaut la peine mais si on peut entendre tout et n’importe quoi concernant la violence qui reignerait à Kreuzberg ! Tous les ans j’y vais et tous les ans j’apprécie le soleil, la foule, la musique, les rires, le döner ou le kofta ainsi que la manif !


Bonne fête à tous, une fête bien méritée et vivement mai prochain qui tombera un mardi !

 Nono…